Hier, une agression s’est déroulée au Quartier Centre de Détention. Sans l’intervention
rapide des collègues présents, un drame aurait pu se nouer. En effet, un détenu s’en est
pris violemment à une surveillante en lui portant de multiples coups.

Pourquoi un tel déchaînement de violences pour intenter à la vie de notre collègue ?
A la remontée des promenades, ce détenu réclamait à pouvoir récupérer du tabac. La
surveillante lui a demandé de réintégrer sa cellule. En l’accompagnant vers sa cellule, ce
détenu a saisi la collègue pour l’entraîner dans la cellule. Notre collègue va vivre un
véritable enfer. Le détenu, connu pour ses antécédents violents, va asséner plusieurs
coups à notre collègue.

La surveillante parviendra à échapper aux griffes de son agresseur, a quitté la cellule et a
déclenché son alarme. Malheureusement, le détenu n’en reste pas là. Il poursuit notre
collègue pour continuer son déferlement de violence.

L’arrivée de personnel permettra de mettre fin au calvaire enduré par notre collègue.
Résultat : Une arcade ouverte, de nombreux hématomes sur le visage et des griffures. Il y
a les blessures physiques mais le choc psychologique est également présent.

Ces actes de violences se multiplient et souvent pour des motifs futiles. Le recours à la
violence est souvent la règle pour ces détenus qui ne respectent pas l’institution et les
personnels qu’elle représente. C’est un véritable fléau.

La CGT Pénitentiaire exige des poursuites pénales à l’encontre de ce détenu violent et le
transfert du détenu à l’issue de sa sanction disciplinaire.

La CGT Pénitentiaire demande une sanction disciplinaire à la hauteur du préjudice subi
par notre collègue.

La CGT Pénitentiaire salue le courage et le professionnalisme dont a fait preuve la
collègue pour échapper au pire.

La CGT Pénitentiaire remercie les personnels qui ont oeuvré de près ou de loin dans cette
épreuve.

La CGT Pénitentiaire lui apporte tout son soutien et lui souhaite un prompt
rétablissement.

Le bureau local CGT Pénitentiaire

Tract CGT – QCD Nantes – Agression