On touche le fond !!!!

La CGT Pénitentiaire n’a pas pour habitude de critiquer vertement les pratiques de nos
collègues mais là, la réalité est telle que des limites ont été franchies. Celles de
l’inacceptable. En effet, un personnel de commandement et de surcroît, Adjoint au Chef
de Détention, s’est permis des libertés d’un autre temps et qui démontrent un sens aigu
du management. Sa manière de fonctionner, de communiquer est choquante.

Ce personnel n’a pas hésité un seul moment pour humilier, blesser, rabaisser des
personnels du corps d’encadrement et particulièrement 2 Premiers Surveillants.Il n’y a pas
de mots assez forts pour qualifier les propos qu’a tenus cet officier à l’égard de ces 2
gradés.

L’origine du mal débute par un simple mail demandant aux agents de communiquer les
besoins nécessaires en matériel et équipement pour le bon fonctionnement de leur service.
Jusque là, rien à redire. La démarche est louable. Les réponses remontent au fur et à
mesure sur des commandes de matériels. Et là, des réponses inappropriées et
insupportables font leur apparition. Voici un extrait :

« Regarde ça lui aussi !!! Alors son stylo 4 couleurs, je lui mets au même endroit que les
brosses à chiottes de la gradée M…… ! Et le pauvre petit, il a mal à son dos, il lui faut un
fauteuil spécial !!!!! Que le médecin de prévention lui fasse un certificat et après on verra
pour son « fauteuil pour son dos » ! J’ai envie de distribuer des baffes ce matin !!!!! »

La réponse de cet officier est un défouloir ignominieux et irrespectueux à l’encontre de ces
2 gradés. Ce personnel de commandement se permet des commentaires qui dépassent, à
notre sens, le cadre de sa fonction. Pour la CGT Pénitentiaire, le rôle d’un officier vis à vis
de ses personnels est de trouver des solutions, de résoudre des conflits, d’apporter des
réponses à des situations plus ou moins conflictuelles et non pas de créer davantage de25
souffrance au travail. Pour le coup, nous sommes dans un cas de maltraitance
professionnelle de part les propos tenus.

Les risques psycho-sociaux sont des sujets que l’administration a décidé de s’emparer et
demande à ses cadres d’être vigilants sur le sujet. C’est tout à son honneur mais doit être
suivi d’actes concrets car le malaise régnant sur le Centre de Détention ne fait que
s’accentuer. Le mal-être est grandissant et inquiétant. Les officiers, les gradés sont au bout
du rouleau voire au bord de l’implosion, si ce n’est déjà fait pour certains d’entre eux.
L’intégrité personnelle de ces 2 agents a été attaquée. C’est une souffrance pour eux.

La CGT Pénitentiaire exige qu’une demande d’explications soit infligée à cet officier pour
répondre de ses actes. Une réponse disciplinaire devra être apportée à la hauteur des
propos tenus par cet officier.

La CGT Pénitentiaire exige qu’une demande d’explications soit infligée à cet officier pour
répondre de ses actes. Une réponse disciplinaire devra être apportée à la hauteur des
propos tenus par cet officier.

La CGT Pénitentiaire restera vigilante à la suite à donner à cette affaire.

Le bureau local CGT Pénitentiaire

Tract CGT – QCD Nantes – On touche le fond