Evasion à la MA Brest lors d’une extraction médicale

Evasion à la MA Brest lors d’une extraction médicale

17 mai 2018 Non Par ugsp

Ce mercredi 16 Mai, vers 09 heures, un détenu est parvenu à s’échapper lors d’une extraction médicale. Les faits se sont déroulés à Brest. Cette évasion avait été minutieusement préparée puisque 2 complices attendaient dans un véhicule le détenu à l’hôpital. Ce dernier a pris la poudre d’escampette dès sa sortie du véhicule pénitentiaire en bousculant les agents. Les agents ont tout mis en oeuvre pour récupérer le détenu sans malheureusement y parvenir. Fort heureusement, aucun agent n’a été blessé. Le pire a certainement été évité lorsque l’on connaît le profil du détenu qui est fiché S pour phénomène de radicalisation.

Une fois de plus, l’Administration Pénitentiaire a exposé ses personnels au danger. Faute de moyens et de cohérence dans l’exercice des missions extérieures, elle s’entête coûte que coûte à mettre en place ces missions en nonobstant les conditions de sécurité et de travail des personnels. Le niveau d’escorte était-il adapté au profil du détenu ? Une présence policière n’aurait-il pas été plus judicieux ?

La population pénale n’est pas dupe. Elle sait que nous sommes fragilisés dès lors que nous quittons l’enceinte pénitentiaire et que le meilleur moyen de se faire la belle, ce sont les extractions médicales. Elle a très bien saisi que les agents pénitentiaires exercent les missions d’extractions médicales non armés. Au-delà de la légitime défense, l’arme a un effet dissuasif.
Notre Administration ne l’a pas encore compris. Certaines missions extérieures sont armées et d’autres non. C’est toute la logique de notre Administration !!!! La DAP a mis en place des Equipes Locales de Sécurité Pénitentiaire (ELSP) en ne prenant qu’une partie des missions, les extractions judiciaires, c’est complètement absurde.

La CGT Pénitentiaire exige des moyens à la hauteur des risques encourus. Les missions extérieures sont désormais dévolues à l’Administration Pénitentiaire, toutes ces missions doivent être armées. Les conditions de sécurité des agents doivent être optimales dans ce type de missions.

La CGT Pénitentiaire exige que l’Administration Pénitentiaire revoit sa copie dans la mise en place des ESP /ELSP. Les escortes doivent s’opérer à 3 agents armés. Les chauffeurs privés n’ont pas lieu d’être.

La CGT Pénitentiaire souligne le professionnalisme des personnels qui ont mis tout en oeuvre pour récupérer le détenu.

Nantes, le 16 Mai 2018

 Tract CGT – UI Rennes – Evasion Brest