Unités de Valeur pour l’accès au grade de Brigadier :  La CGT Pénitentiaire insiste : Arrêtons cette mascarade !!!!

Unités de Valeur pour l’accès au grade de Brigadier : La CGT Pénitentiaire insiste : Arrêtons cette mascarade !!!!

12 février 2020 Non Par ugsp
La CGT Pénitentiaire

Une délégation CGT Pénitentiaire était conviée en réunion de travail, au Millénaire, par la Direction de l’Administration Pénitentiaire pour échanger sur le projet d’arrêté fixant les nouvelles règles d’organisation générale, le contenu et les modalités d’obtention des Unités de Valeur requises pour l’accès au grade de surveillant brigadier.

Une fois de plus, notre « chère administration » ne manque pas de culot ! Alors que bon nombre de personnels est dans l’attente de l’organisation des 2 tableaux d’avancement au grade de brigadier (TA 2019 et 2020) en l’espace de d’un an et donc de surcroît d’une potentielle évolution de carrière, l’administration convoque les organisations syndicales pour parfaire et durcir les règles selon les textes proposés, tant sur l’organisation que sur le contenu des unités de valeur pour le grade de brigadier… Lors de cette réunion, nous apprenons que le vivier des agents promouvables est très insuffisant… mais la DAP est dans l’incapacité de nous donner des chiffres précis, tant sur le nombre de personnels par grade que pour les agents ayant obtenu des UV. De la pure approximation !!! La solution de la DAP est toute trouvée, élever le niveau des épreuves !!!! Du grand n’importe quoi….

La CGT Pénitentiaire n’a eu de cesse de critiquer l’instauration de ces « UV », indispensables aux surveillants et surveillants principaux pour espérer être nommés plus rapidement au grade supérieur. Cette nécessité n’a aucune justification. L’exercice des missions de surveillants et de surveillants-brigadiers est identique, semblable sur nos coursives !!! Le vrai bémol de ces examens d’Unités de Valeur, c’est certainement le coût astronomique depuis leur mise en place en 2009 !!!  Avec recul, ce financement aurait forcément contribué au passage de la Catégorie B…..

Pour rappel, lors de la réforme statutaire de 2006, signée par l’UFAP et FO, la CGT Pénitentiaire dénonçait sans équivoque cette ineptie avec la création de 4 grades au sein du corps d’encadrement et d’application (CEA).

L’histoire nous donne raison puisque ces deux organisations syndicales, à l’origine de son instauration, font machine arrière aujourd’hui avec pour l’une, la mise en œuvre d’une réforme statutaire pour l’ensemble du CEA en catégorie B, avec fusion des grades de surveillants et brigadiers et de premiers surveillants et majors, comme le revendique la CGT Pénitentiaire depuis plus de 18 ans et pour l’autre l’automatisation du passage des surveillants au grade de brigadier. Quel dommage !!! Ces organisations syndicales ne se réveillent que maintenant !

La CGT Pénitentiaire le dit et le redit : les personnels de surveillance sont dans l’attente d’une réelle reconnaissance et seul le passage de l’ensemble du CEA en catégorie B avec la fusion des grades de surveillants/brigadiers et de premiers surveillants/majors permettrait enfin l’obtention de celle-ci !

C’est d’ailleurs avec ce mandat clair que la CGT Pénitentiaire a tenu à rappeler à nos chers dirigeants quels étaient les désidératas de la majorité des personnels pénitentiaires lors du mouvement de 2018… Ce système d’Unités de Valeurs contraint considérablement le déroulé de carrière des personnels de surveillance. La DAP n’en démord pas et maintient ce dispositif. Sous l’impulsion des représentants du personnel, elle finit par assouplir les épreuves des UV.

Les surveillants pénitentiaires n’en peuvent plus d’attendre indéfiniment une potentielle évolution de carrière dont les modalités nous ont démontré toutes les difficultés de mise en œuvre, avec un « ping-pong » incessant entre le Ministère de la Justice et Bercy… où il faut attendre interminablement, inlassablement, infiniment ces taux de promotion (promouvables – promus) !!!

Les surveillants méritent plus de reconnaissance, plus de considération, de la part de cette administration et de ce ministère, il est temps de leur faire comprendre !

Exigeons la fusion des grades de surveillants et brigadiers !

À Montreuil, le 11 février 2020.