UN COUTEAU EN CERAMIQUE DECOUVERT DANS UN PAQUETAGE : VIVONNE BIENTOT SUR LES TRACES DE CONDE-SUR-SARTHE ?

UN COUTEAU EN CERAMIQUE DECOUVERT DANS UN PAQUETAGE : VIVONNE BIENTOT SUR LES TRACES DE CONDE-SUR-SARTHE ?

13 mars 2019 Non Par ugsp

Durant les premières heures de l’après-midi, alors que l’agent en poste ce
jour au

vestiaire procédait à la fouille d’effets d’un détenu condamné, une lame
en céramique a été découverte dans une paire de tennis, dissimulée sous la
semelle intérieure.
La C.G.T. Pénitentiaire tient à saluer le professionnalisme de notre
collègue, sans lequel cet objet aurait pu être à l’origine d’un drame comparable à
celui de Condé.
Depuis des mois, nous n’avons pas manqué d’alerter à ce sujet (pour ne
parler que de celui-ci) : mathématiquement et compte tenu de la configuration
actuelle, il est inévitable que ce genre de fléau se multiplie dans les temps à
venir. La Pénitentiaire doit donc s’adapter et prendre les décisions qui
s’imposent, des décisions énergiques et d’ampleur (au bénéfice du personnel et
non des détenus, pour une fois). Doit-on attendre de voir du sang éclabousser
nos murs afin de réagir ? Suite à des désastres, le pèlerinage coupable et
repentant de Ministres à l’air contrit ne sert à rien : lorsque le mal est fait, il est
fait ; c’est avant qu’il leur faut faire leur job ! Pour une telle désinvolture –
engendrant les calamités que l’on sait – beaucoup ne manqueraient pas de se
faire virer sans ménagement ! Un tel comportement, irresponsable et pétri
d’incompétence, est gravissime !!!
Le retrait graduel de l’autorité des personnels (sans parler des moyens),
ajouté au confort toujours croissant de nos chérubins (qu’on cajole jusqu’à la
cirrhose morale), chacun de nous en a la nausée ! Et cela n’aboutira qu’à une
chose : un jour, plus personne n’osera s’aventurer dans les murs d’une prison,
même pour gagner sa croûte… D’ailleurs, on le voit déjà depuis 8 jours avec le
C.P. normand.
Déséquilibrée depuis bien longtemps, la balance de la Justice a du plomb
dans l’aile ; il n’y a donc pas de quoi pavoiser en se cachant derrière la grandeur
d’antan, car il ne fait guère de doute que cette époque est révolue, sans espoir de
retour…
Le bureau local,
13 mars 2019