RECRUDESCENCE DES PROJECTIONS :  ATTENTION DANGER !

RECRUDESCENCE DES PROJECTIONS : ATTENTION DANGER !

27 mars 2020 Non Par ugsp

Depuis maintenant plusieurs jours, nos détentions vivent à un rythme plus qu’inhabituel, et ce, principalement dû à l’arrivée du COVID-19 au sein de notre pays, et donc de surcroît dans nos structures.

En effet, afin de lutter contre la propagation du coronavirus dans nos établissements, et à l’image des recommandations annoncées par le Président de la République, de multiples mesures sont venues changer le quotidien dans la gestion de nos détentions : suspension des parloirs familiaux, des activités socioculturelles,  cultuelles, du travail et des différentes formations.

Même si de nombreuses interrogations subsistent du côté des personnels concernant l’absence de consigne claire de la part de la DAP sur le confinement, et notamment sur la gestion « porte ouverte » des personnes détenues dans certains de nos centres de détentions, l’application de ces différentes mesures ont été génératrices de lourds conflits dans nos établissements : refus de réintégrer, dégradations, agressions, mutinerie…

La CGT Pénitentiaire ne peut que féliciter l’ensemble des personnels pénitentiaires pour leur professionnalisme dans ces moments extrêmement difficiles, car ils continuent chaque jour à œuvrer pour la bonne marche du service public pénitentiaire, au détriment de leur sécurité et de leur santé.

Côté sécurité d’ailleurs, nos établissements font face actuellement à une recrudescence des projections, aussi bizarre que cela puisse paraître, quand on sait que nos concitoyens sont censés être en confinement, à leur domicile. Aucun établissement n’échappe malheureusement à cette règle. C’est un véritable fléau que nous connaissons depuis de nombreuses années mais ces derniers jours, les parachutages se sont multipliés.

La suspension des parloirs familiaux n’est, à n’en pas douter, aucunement étrangère à tout çà.

Le parloir étant un point névralgique dans l’entrée des objets et substances illicites en prison, il n’aura fallu que très peu de temps pour que les personnes détenues se réorganisent et mettent une nouvelle fois à mal la sécurité de nos établissements.  

Quand on connait le climat actuellement tendu de nos établissements, l’augmentation significative du nombre de projections ne peut qu’alerter nos dirigeants. Que ferons-nous si des armes venaient à être projetées par-dessus nos murs d’enceinte et atteindre nos cours de promenades ou de sport ?!!

La DAP doit réagir !!!

La CGT Pénitentiaire exige une réaction rapide de la part de l’administration pénitentiaire afin de ne pas exposer davantage les personnels pénitentiaires dans l’insécurité. Il faut à tout prix sécuriser les abords de nos établissements afin de limiter ce fléau !!!

Dans le cas contraire, l’administration portera une fois de plus ses responsabilités dans l’absence de protection de ses agents.

À Montreuil, le 27 mars 2020.