Le « Grand Débat » en prison : La fausse bonne idée de la Ministre !

Le « Grand Débat » en prison : La fausse bonne idée de la Ministre !

14 février 2019 Non Par ugsp

Alors qu’un conflit social de grande ampleur s’est installé depuis maintenant plusieurs mois dans ce pays, Emmanuel Macron et consorts ont souhaité répondre à la souffrance des concitoyens mobilisés par la mise en œuvre d’un « grand débat national ».

Cette initiative est présentée comme un lieu d’échanges privilégiés avec les citoyens afin d’évoquer les différents points et sujets de crispation et permettre une sortie par le haut de la crise actuelle… Voilà pour le discours officiel du pouvoir en place, la réalité en est tout autre…

Dans la continuité de son allégeance absolue à son grand monarque, Nicole BELLOUBET, Ministre de la Justice, croit tenir « la bonne idée » pour sortir d’un conflit dont elle s’est elle-même enlisée et par la même occasion occuper l’espace médiatique, en exportant le « grand débat national» au sein de nos prisons ? On croit rêver ! L’urgence est-elle là ? Absolument pas !!! Les priorités sont tout autre.

Alors qu’une entente syndicale composée de 6 organisations, dont la CGT Pénitentiaire, représentant près de 60% des personnels s’est créée en janvier, avec comme revendications majeures, plus de reconnaissance, de pouvoir d’achat et d’attractivité,  cette idée apparaît comme une non-réponse aux sollicitations des personnels.

Pire, comment la Garde des Sceaux peut-elle se permettre d’évoquer la mise en place d’espaces d’échanges et de discussions alors qu’elle ne cesse de faire la sourde oreille face au malaise des personnels ? Les personnels ne représentent-ils rien pour ce ministère et cette institution, si ce n’est que de la chair à canon ?

Madame la Ministre, le constat est déjà établi dans nos prisons, et il n’est pas des plus réjouissants : Surpopulation pénale grandissante, politique pénale désastreuse qui favorise l’incarcération, manque d’effectifs de tous corps, manque de reconnaissance et de considération envers les personnels, insécurité… Voilà la triste réalité à laquelle est confrontée le personnel au quotidien mais cette vérité là, vous ne voulez ni l’ENTENDRE, ni la VOIR !

Alors, continuez bêtement et inlassablement à mettre en œuvre les directives politiciennes d’Emmanuel Macron, tout en obstruant volontairement les réels problèmes rencontrés dans nos établissements.

Cela vous permettra sûrement de monter dans l’estime de votre cher président, mais pas dans celui des personnels…À coup sûr, cela ne devrait pas trop vous préoccuper !

La CGT Pénitentiaire appelle donc l’ensemble des personnels à participer à l’initiative des « MARDIS NOIRS » lancée par l’entente syndicale afin de montrer leur détermination face à ce nouvel affront. Nous devons être ENTENDUS ! Nous ne lâcherons RIEN !

Montreuil, le 14 février 2019