La Ministre a tranché : les surveillants ne méritent pas la Catégorie B !!!

La Ministre a tranché : les surveillants ne méritent pas la Catégorie B !!!

22 janvier 2019 Non Par ugsp

Comme évoqué hier dans le communiqué diffusé par l’entente syndicale, une délégation de la CGT Pénitentiaire était reçue ce jour, par la Ministre de la Justice, afin d’évoquer les différents points mis en avant lors de notre rencontre du 10 janvier dernier.

Des réponses concrètes devaient nous être apportées, notamment sur les revendications statutaires et indemnitaires, avec comme fer de lance  l’obtention de la catégorie B pour le corps d’encadrement et d’application (CEA) et la fusion des grades de surveillant/brigadier et de 1er surveillant/major.

Nicole BELLOUBET, Ministre de la Justice, a tout « bonnement » balayé d’un revers de la main toute négociation autour de la revalorisation indiciaire des personnels et donc, le passage en catégorie B malgré nos arguments.

Allons droit au but. Pour la Ministre, l’application des mesures indemnitaires du dernier relevé de conclusion signé par le Ministère et l’UFAP-UNSa Justice a permis aux personnels pénitentiaires une augmentation significative de son pouvoir d’achat, notamment pour le personnel de surveillance qui voit celui-ci augmenter de 4%.

Et en plus il faudrait bientôt les remercier…

Mais de qui se moque-t-on ?

Alors que cette demande de reconnaissance, d’attractivité et de pouvoir d’achat était sur toutes les lèvres lors du dernier conflit social, la Ministre réaffirme sa volonté inconditionnelle d’accompagnement et de partenariat avec l’ancienne organisation syndicale majoritaire, faisant fi de la position de plus de 66% des personnels qui ont accordé leur confiance lors des dernières élections professionnelles à des organisations syndicales qui portent la catégorie B.

Trop, c’est trop !!! Ce gouvernement n’a aucune reconnaissance à porter « aux petits personnels », comme il le montre d’ailleurs à l’égard des revendications des gilets jaunes.

La CGT Pénitentiaire s’interroge également sur la capacité des personnes qui conseillent la Ministre sur un tel sujet quand on voit l’affront qui vient d’être fait aux agents.

Une fois de plus, ce Ministère cherche le rapport de force avec les personnels, alors qu’en toute responsabilité, la CGT Pénitentiaire, comme d’autres organisations syndicales, avait ouvert la porte de l’échange et d’un dialogue constructif pour l’intérêt unique et suprême des personnels.

La CGT Pénitentiaire prend donc ses responsabilités et invite l’ensemble des organisations  composant l’ENTENTE SYNDICALE à se réunir rapidement afin de définir, ENSEMBLE, les futures modalités d’action.

Que tout le monde se tienne prêt, car pour le bien des  personnels, la CGT Pénitentiaire ne lâchera RIEN !!!

Montreuil, le 22 janvier 2019.