Déclaration Liminaire : CTAP du 18/04/2019

Déclaration Liminaire : CTAP du 18/04/2019

18 avril 2019 Non Par ugsp
La CGT Pénitentiaire

Monsieur le Directeur, Mesdames, Messieurs, membres du CTAP,

Le gouvernement actuel s’entête dans un vaste plan destructeur de toutes les conquêtes sociales et a comme ligne conductrice la rentabilité au mépris de l’intérêt général. La Fonction Publique, et donc de surcroît, le service public, n’est pas épargné par ces attaques sans précédent.

Le projet de réforme de la Fonction publique en est la preuve flagrante. Le gouvernement souhaite aujourd’hui s’attaquer au statut général des fonctionnaires, vider les CAP de tous leurs pouvoirs,  réduire à néant le dialogue social par la mise en œuvre de multiples mesures contre-productives comme la fusion des instances et recourir massivement aux contractuels. Précariser le service public comme dans les entreprises privées, telle est la volonté de ces seigneurs d’un autre temps…

La Direction de l’Administration Pénitentiaire n’est également pas épargnée par ces régressions sociales. D’ailleurs, les annonces de jeudi dernier concernant les droits et moyens syndicaux inscrits dans le protocole de 2005, nous démontrent bien la stratégie mise en place par la DAP, et comme souhaité par nos hauts dirigeants, de s’attaquer aux organisations syndicales. Et ce, sans aucune concertation préalable ni négociation… Le dialogue social dans toute sa splendeur à la DAP…. La CGT Pénitentiaire ne peut cautionner de tels agissements visant à restreindre significativement les moyens octroyés aux OS sans prendre en compte le caractère humain des personnes qui les représentent et demande donc l’ouverture rapide de réelles discussions sur ce sujet.

Un sentiment de vengeance anime sûrement nos détracteurs de cette maison !

Oui, de la vengeance, car si nous regardons un peu en arrière, les positions des uns et des autres sur les deux derniers conflits ont dû laisser un goût amer au sein de ce ministère… Mais hélas, ce goût amer, il est partagé par de nombreux agents sur le terrain !

Depuis la mobilisation historique de 2018, relayée par le conflit social de ce début d’année et les évènements dramatiques de Condé-sur-Sarthe, RIEN n’a changé dans le quotidien des personnels. La surpopulation pénale atteint chaque mois de nouveaux records, les conditions de travail sont toujours aussi déplorables, l’insécurité est

La CGT Pénitentiaire

omniprésente dans nos établissements et le manque de reconnaissance est toujours flagrant.

Les personnels sont lassés de toutes ces promesses qui bien souvent n’engagent que ceux qui les portent !

Quel sera l’avenir pour notre administration, nos professions et nos collègues ?

Les « jours meilleurs » annoncés ne sont nullement arrivés et ne sont pas prêts d’arriver. Pire, nous sommes dans une dégradation sans fin, où le seul objectif aujourd’hui s’apparente à : « comment faire plus, avec beaucoup moins » !!!

D’ailleurs, le point 6 de l’ordre du jour de ce CTAP reflète assez bien toute la logique dénoncée précédemment. La CGT Pénitentiaire n’est pas idéologiquement opposée à la mise en place des Équipes de Sécurité Pénitentiaire (ESP), bien au contraire, mais nous n’avons eu de cesse de dénoncer le manque de moyens humains et matériels mis en œuvre par l’administration pénitentiaire pour mettre en place ces nouvelles missions. Les choses se font toujours à marche forcée, dans la précipitation, et à ce jeu-là, c’est bien souvent les moyens de la détention qui sont ponctionnés ! Et les personnels, eux, en font à coup sûr les frais !!!

Monsieur le Directeur, comme vous pouvez le constater, il n’y a rien de réjouissant actuellement au sein de cette administration !!!

Alors que nous allons avoir besoin de recruter massivement dans les prochaines années, avec de nombreux départs en retraite programmés sur ces 5 prochaines années et la mise en œuvre du plan 15 000 nouvelles places de prison, rien n’est fait objectivement pour y faire face.

Il aurait été plus judicieux pour ce ministère de prendre réellement en compte les revendications portées par les personnels sur le terrain lors des deux derniers conflits, et relayées avec insistance par les organisations syndicales, en lieu et place, de porter bêtement des directives qui n’ont de logique, que l’aspect budgétaire.

La CGT Pénitentiaire aura au moins eu le mérite de vous avoir prévenu !!!

Paris, le 18 avril 2019