Le gouvernement doit reprendre l’initiative !

Le gouvernement doit reprendre l’initiative !

24 janvier 2018 Non Par ugsp

Si l’ensemble des observateurs s’entendent tous à indiquer que le métier de surveillant n’est pas assez revalorisé au niveau salarial, le gouvernement apparait à contrecourant en ne répondant en rien au malaise pénitentiaire par ce qu’il propose aux personnels pénitentiaires en lutte.

Pire l’invention d’une nouvelle prime pour quelques-uns est indécente. L’ensemble des collègues sont unis sur les terrains dans un mouvement puissant, faisant part depuis14 jours, des difficultés qu’ils rencontrent partout au quotidien pour exercer leurs missions de service public.

Les difficultés sont communes, les collègues refusent une résolution du conflit partielle.

La CGT Pénitentiaire demande au gouvernement qu’il reprenne la main. Il doit nommer une médiatrice ou un médiateur. Clairement, la ministre n’est plus crédible sur ce dossier. Il ne s’agit pas d’un parti pris mais d’une nécessité pour renouer le fil d’un dialogue en panne, entre une Ministre qui a un temps de retard sur tous les sujets, bien plombée par des « conseillers » qui n’ont pas saisis les terrains et qui choisissent depuis trop longtemps leurs partenaires.

Philippe MARTINEZ, secrétaire général de la CGT, a relayé notre message au Premier Ministre.

Pour la CGT Pénitentiaire, la résolution du conflit doit passer notamment par :

  • 1800 emplois supplémentaires dont 1500 personnels de surveillance, 200 personnels administratifs et 100 personnels techniques ;
  • L’abrogation de l’article 57 ;
  • Gestion spécifique des détenus radicalisés et violents avec une prise en charge adaptée et des moyens conséquents ;
  • Redonner une place centrale au surveillant
  • L’ouverture d’une négociation sur le statut des personnels de surveillance qui doit passer pour nous par la catégorie B, après fusion des grades de surveillant/brigadier et premier surveillant/major ;
  • Une augmentation de l’ISS de 2 % pour l’ensemble des personnels pénitentiaires de tous corps et tous grades;
  • Une augmentation de l’ICP à hauteur d’un treizième mois, transformée en points d’indices ;
  • Le doublement des taux des primes de nuits, dimanche et jours fériés

120 établissements sont en action aujourd’hui :

Ne lâchons rien !

Montreuil, le  24 Janvier 2018

 Communiqué national CGT Le gouvernement doit reprendre la main