Encore un été qui a laissé des traces !!!!

Une fois de plus, la période estivale a été propice dans nos établissements pénitentiaires. L’été n’est pas terminé et on ne compte plus le nombre conséquent d’incidents et d’évènements graves survenu dans les différentes structures pénitentiaires.

 

La sécurisation des établissements est devenue un enjeu majeur tant l’intégrité physique des personnels est mise en péril. En effet, les agressions physiques envers les personnels commises en dehors du cadre professionnel sont devenues légion : Amiens, Fleury-Mérogis… Les actes de vandalisme se multiplient : véhicules des personnels incendiés sur leur lieu de travail à Fresnes et à Lille-Sequedin, voitures fracturées à Rennes….

 

Les évasions ou tentatives d’évasion se sont multipliées dans nos murs ou lors d’extractions : Réau, Colmar, Digne, Maubeuge, Sarreguemines, Muret, La Roche sur Yon….

 

Les prises d’otages ne sont pas en reste : Liancourt, Salon de Provence…

 

De nombreux collègues ont été touchés dans leur chair : tentative d’assassinat à l’arme blanche à Nîmes, agressions multiples et quasi quotidiennes sur l’ensemble du territoire métropolitain et ultramarin, etc…

 

Les survols de drones sont devenus coutume (Fresnes, Béziers…. Les projections extérieures de colis sont journalières et les découvertes de plus en plus inquiétantes avec des armes, des couteaux, des lames de scie, etc…

 

Les téléphones portables connaissent un franc succès. De nombreuses séquences tournées en détention inondent les réseaux sociaux et ridiculisent l’institution pénitentiaire. 40 067 téléphones saisis en 2017 pour 70 000 détenus incarcérés. Ce n’est que le haut de l’iceberg car nombre de téléphones circule en détention malheureusement. Et ce chiffre sera probablement dépassé en 2018 !!!

 

Tous ces éléments ne font qu’accentuer l’insécurité et le mal-être des personnels. Les conditions de travail des personnels se dégradent inlassablement, conditionnées par une surpopulation pénale galopante et par des détenus de plus en plus vindicatifs. Le métier est certes difficile et manque cruellement de reconnaissance. Pour preuve, lors d’une récente interview télévisée, la Garde des Sceaux a entaché le professionnalisme des personnels et particulièrement le travail des agents ultramarins qui selon ses propos manque de rigueur.

 

C’est outrageant et indigne d’une Ministre d’Etat !!!

 

Les personnels sont en première ligne, ces situations deviennent de plus en plus insupportables. La CGT Pénitentiaire exige des pouvoirs publics qu’ils prennent enfin leurs responsabilités et qu’ils œuvrent concrètement pour mettre fin à cette insécurité. Les moyens doivent être mis rapidement en place sur l’ensemble des établissements pénitentiaires afin de garantir des conditions de travail et de sécurité optimales.

 

La sécurité des personnels pénitentiaires n’a pas de prix, il en va de notre survie.

 

Montreuil, le 28 Août 2018.

  Communiqué National CGT Pénitentiaire – Encore un été qui a laissé des traces