DÉCLARATION LIMINAIRE CAP SURVEILLANT DU 11 FEVRIER 2019

DÉCLARATION LIMINAIRE CAP SURVEILLANT DU 11 FEVRIER 2019

11 février 2019 Non Par ugsp

Madame, Monsieur le Président de séance,

Vous ne pouvez ignorer le contexte social de notre ministère et la fin de non-recevoir de Madame la Ministre sur les revendications de l’unité syndicale. Notre agenda social va forcément en souffrir, le choix ne nous en est pas laissé !

En effet, vous n’êtes pas sans savoir qu’une entente syndicale réunissant le SNP-FO Personnels de Surveillance, la CGT Pénitentiaire, la CFDT-INTERCO Justice, le SNEPAP-FSU, la CFTC-Syndicat Libre Justice et HORIZON Justice ont formulé des revendications à partir du constat partagé, de métier en perte de vitesse et déconsidéré et dont les personnels de surveillance ne sont pas reconnus à leur juste valeur.

Pour rappel, notre plateforme revendicative porte sur une revalorisation statutaire et indemnitaire en faveur des personnels pénitentiaires et dont vous en connaissez parfaitement la teneur et qui a ce jour reste sans réponse de la part de la garde des Sceaux.

De plus, l’entente syndicale profite de ce moment pour rappeler la DAP à son devoir de bonne gestion des ressources humaines ! Malgré la volonté de l’administration à montrer des intentions d’efficacités, il n’en demeure pas moins qu’à ce jour où en sommes-nous ?

  • Nous avons une Commission Administrative Paritaire de mobilité importante en cours de préparation pour le mois de mars 2019. À ce jour, sous le prétexte que nos DISP ne font pas leur travail, les personnels attendent la note de publication. 
  • Combien de postes sont offerts pour le TA de Brigadier sur le contingent 2019, Tableau d’avancement qui aurait déjà dû être bouclé depuis au moins le 15 décembre 2018 ? À cette question posée depuis 6 mois, les personnels restent sans réponse.
  • Le Tableau d’Avancement au grade de Premier Surveillant et Major prévu le 18 février 2019 s’annonce sportif lui aussi. Comment tenir une instance nationale alors que toutes les CAPI ne sont pas prêtes voir même pas encore tenue alors qu’elles le devraient depuis là aussi presque 6 mois ?

L’administration semble avoir besoin de temps pour répondre à nos demandes et par la même occasion afin de rattraper son retard dans la gestion chaotique des ressources humaines. L’entente syndicale va donc lui en laisser, en ne siégeant pas à cette Commission Administrative Paritaire. Elle utilisera ce blocage institutionnel autant de fois que cela sera nécessaire.

L’entente syndicale poursuit et poursuivra toutes les actions pouvant nous ramener autour de la table des négociations avec Madame la Ministre sur la plateforme revendicative.

Paris, le 11 février 2019

Les élus CAP FO et CGT